Témoignages

(Billet invité) Soif de Magie #2: ‘Premier voyage, la réconciliation avec le corps’

Voici le deuxième billet de Sacarosa, qui partage avec nous son périple à la recherche de sa magie intérieure. Pour ceux qui ont raté le 1er épisode, vous pouvez le lire par ici

Avant de démarrer avec vous ce périple de découverte, je me dois d’être honnête et contextualiser un peu mieux tout cela: le point de départ dans cette quête de moi-même est le regard de l’autre. La frustration précédemment décrite – de mon malaise avec la féminité-  était certes là ; mais la prise de conscience, et surtout, la motivation de me réconcilier avec moi, viennent d’une personne en particulier. Je trouve ça un peu normal, vu que le mal vient de l’extérieur, la clé principale se devait de venir de là aussi.

Ce regard de l’autre- genre -était positif, pour ne pas dire intrusif voire abusif : grâce à son style pour le moins direct, à la limite de l’incorrect, Younes a su me faire sentir femme pour la première fois. Cet inconnu qui n’a cessé de me dire que les choses arrivaient pour une raison, n’a eu de rôle dans ma vie, que celui de me montrer que je pouvais être désirée, que même ce que je n’aimais pas en moi pouvait être apprécié par d’autres…

Je vous épargne les détails de cette brève et platonique ‘aventure’ qui s’est essentiellement déroulée sur le virtuel, là où les pulsions et les passions se désinhibent. Retenez simplement que cette confiance en moi, qui est partie dans la douleur, a dû entamer son chemin de retour dans la douleur aussi.

Aujourd’hui, j’ai compris que le schéma de ce voyage allait être le suivant : d’abord le regard de l’autre, après, la réconciliation avec mon corps, puis, la réconciliation avec mon âme, et (peut-être) un dernier check dans le regard de l’autre.

Allons donc redécouvrir ce corps !

Qu’est-ce que j’ai été injuste envers cette enveloppe charnelle. Elle qui a supporté tous mes excès, elle qui a donné la vie et l’a nourrie. Elle ne demandait qu’un regard compatissant, reconnaissant, …elle n’avait même pas de regard tout court. Je n’osais plus me regarder dans le miroir, ou le faisais par contrainte, pour ne voir que les petites incorrections ! Qui a d’abord décrété que c’était des incorrections ? Foutus standards irréalistes !

Mon premier pas, c’est de repérer ce qui est sympa chez moi, et de ne me focaliser que sur ça. Effet immédiat : je me suis réconciliée avec le miroir. Il faut dire qu’il y avait quelque chose qui avait changé dans mon regard et qui faisait plaisir à voir, de la brillance, un petit coup de jeune…

Mon deuxième pas, c’est de valoriser ce corps, tout en l’acceptant, partant du postulat que rien n’est parfait. Je me suis gâtée, j’ai refait ma garde-robe en osant des choses plus colorées, plus près du corps. J’ai aussi acheté de la lingerie, et je ne vais pas vous mentir : j’ai autant pris des trompe yeux  que des choses que je n’avais jamais osées, un peu extravagantes. Je ne sais pas, mais j’ai trouvé l’effet magique : je me trouvais jolie, réelle, mais jolie. J’étais plus en paix avec ce corps, et il me le retournait bien. J’ai commencé à perdre du poids, à moins orienter mes frustrations sur la nourriture.

D’où mon troisième pas, qui n’est autre que le sport. C’est une des issues pour verser les tensions et les frustrations qui nous entourent, mais c’est aussi un rapprochement avec mon corps. Au-delà de l’aspect ‘soin et entretien’ que je dois à mon corps, c’est surtout un espace d’expression qui allait nous faire du bien mon corps et moi. A mon humble rythme de reprise, mes séances de spinning sont l’expression de l’endurance de ce corps qui n’a plus rien à prouver à ce niveau, mais qui trouve satisfaction et victoire à se surpasser chaque fois. Mes tentatives de musculation sont la promesse d’un lendemain qui serait ancré dans la force et le pouvoir. Mais notre espace de plaisir est, sans conteste, les séances de danse. Là où grâce et maladresses sont couvertes par ces mélodies entrainantes et ces regards de complicité entre apprenties de ‘féminité’ et expertes.

Mon quatrième pas ; qui est  davantage une résultante ; est une libido relancée, acceptée, mieux exprimée et partagée.

Le résultat de ce premier voyage se manifeste à travers une certaine harmonie, l’absence de tension entre mon corps et moi. Il me fait du bien et je le lui retourne. Je n’ai plus de problème à m’habiller chaque matin, plus de soucis à m’afficher sous tous mes jours ; j’ai la conviction que tout peut m’aller. Je ressens non sans fierté cette fraîcheur et cette légèreté que j’ai connues durant mes jeunes années.

J’ai hâte d’entamer mon deuxième voyage. A vrai dire je l’ai déjà commencé. Je le partagerais à fur et à mesure avec ceux qui veulent bien m’écouter.  J’ose enfin avouer que j’ai le timide espoir de trouver chez vous de l’inspiration pour découvrir mon âme, et me réconcilier avec.

4 commentaires sur “(Billet invité) Soif de Magie #2: ‘Premier voyage, la réconciliation avec le corps’

    1. Je vous remercie de votre commentaire et vos encouragements. On sent une réelle empathie et beaucoup de bienveillance. Je me croyais seule dans ce périple. Mais il a suffit de partager ces pensées pour découvrir que c’est un passage assez commun. Même les hommes passent par ces phases de doutes, de questionnement sur leur vrai soi. Il serait intéressant de connaitre le vécu de l’autre genre:) s’ils ont la générosité de détailler pour nous, ça serait réellement instructif…:)

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s